Centre de l'Ecoute et de la Voix

179, Boulevard Haussmann

75008 Paris

Tél. : +33 (0)1 40 06 04 60

Fax : +33 (0)1 40 06 04 70

La Méthode Tomatis: une pédagogie de l'écoute

I. Les trois fonctions de l’oreille

1. Le contrôle de l’équilibre, et donc la régulation posturale, via le travail du vestibule (fonction vestibulaire).
2. L’audition / l’écoute.
3. La recharge corticale en énergie.

II. Les trois « lois Tomatis »

1. La voix ne contient que ce que l’oreille entend.
2. Si l’on modifie l’audition, la voix est immédiatement et inconsciemment modifiée.
3. Il est possible de transformer la phonation par une stimulation auditive entretenue pendant un certain temps.

III. La distinction entre audition et écoute

L’audition est la capacité perceptive de l’oreille. L’écoute est ce que le sujet fait de son audition (à comparer avec vision et regard). L’audition est passive, l’écoute est active mais toutes deux s’opèrent inconsciemment.

lV. La posture d'écoute

L'écoute se construit et est donc la résultante des expériences d'un individu, qu'elles soient émotionnelles, linguistiques, culturelles, sociales.
Constamment, l’oreille opère des choix dans sa visée de l’environnement sonore et du son quel qu’il soit ; choix qui nous restent largement inconscients. Cette "attitude" sensorielle constitue la posture d'écoute, reflet de notre histoire «sonique». Elle constitue le filtre que le sujet appose à la réalité sonore, et à travers lequel il entre en relation avec son environnement, mais aussi avec lui même, à travers sa propre voix.

V. la latéralité auditive

Les connexions entre les oreilles et les hémisphères du cerveau étant majoritairement hétérolatérales et les centres d'analyse du son, du langage et de la mémoire se situant dans l'hémisphère gauche, l'oreille droite est logiquement appelée à être l'oreille directrice. Dans ce cas, le plus favorable, le transfert de l'information, son analyse et son utilisation, notamment en terme de geste vocal, s'opèreront rapidement, efficacement et sans déperdition d'énergie superflue. Dans le cas contraire, si l'oreille gauche se révèle être dominante, la boucle de contrôle audio vocale, plus longue, plus lente, plus coûteuse en énergie, s'avèrera bien plus aléatoire.

VI. L'oreille, une dynamo pour le cerveau: une stimulation sensorielle nécessaire

Le cerveau humain a besoin d'une stimulation sensorielle quasi permanente pour survivre. Le son, la lumière et les sensations tactiles constituent les principales sources de stimulation sensorielle; aussi a-t-on pu dire que l'oreille est une sorte de dynamo pour le cerveau. Toutes les fréquences ne sont pas également rechargeantes: les fréquences aigües dynamisent bien davantage. Si une stimulation minimale ne pose généralement pas de problème, un niveau de recharge corticale optimal n'est souvent pas atteint, soit parce que l’environnement sonore n'est pas de qualité suffisante, soit parce que la posture d'écoute du sujet ne lui permet pas de viser les fréquences aigües correctement.

VII. L'écoute fœtale

L'oreille, achevée et fonctionnelle au cinquième mois de grossesse, consent au fœtus une audition liquidienne. Alfred Tomatis fut l'un des tout premiers scientifiques à affirmer cette donnée essentielle, qui aujourd'hui ne fait plus aucun doute.
Si le fœtus perçoit modérément les sons provenant de l'environnement extérieur, la paroi abdominale maternelle le protégeant efficacement, il entend en revanche fort bien la voix maternelle, et plus particulièrement les harmoniques de cette voix.
Dans cette audition intra utérine s'enracine le désir d'écouter, puis de communiquer, et enfin, le désir de vivre.